Journal de la construction d'une maison en botte de paille
Header

Isolations des fondations : petit retour en arrière

avril 26th, 2009 | Posted by Matthieu in Techniques

Un petit message pour revenir sur mon système d’isolation des fondations. J’ai reçu la fibralith, et j’ai commencé à la poser à l’extérieur de ma lisse basse, pour rattraper l’épaisseur de la botte de paille (qui fait 45cm, alors que la lisse basse ne fait que 15). Et Franck, qui est passé avec Hélène tout à l’heure, me mettait le doute en me disant qu’il pensait que la fibralith n’était pas du tout isolante.
Du coup, j’ai repris mes bouquins, et j’ai fait des petits calculs d’autant que je me demande si je vais pas utiliser la fibralith à plein d’autres endroits.
Ce qui est bizarre, c’est que dans le bouquin de terre vivante L’isolation écologiqueisolations fondations petit retour arriere, à la rubrique fibbraglo, ils disent que ça a un delta de 0,09 à 0,1 (ce qui est confirmé par le site du fabricant), tout en précisant que leur capacité d’isolation est « assez médiocre ». Or, je ne vois pas en quoi un 0,1 est assez médiocre, sachant que le boit ne fait que 0,15, et même la paille, dans le sens des fibres, ne ferait que 0,07 (je rappelle que plus le delta est petit, plus c’est isolant).
Et si je fais la somme de 15cm de fibralith+15cm de bois+15cm de liège (voir croquis), j’obtiens un R de 5,7 ce qui est pas mal. C’est un peu moins que kes 6,5 des bottes de pailles, mais on est loin du pont thermique.
isolations fondations petit retour arriere

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 You can leave a response, or trackback.

8 Responses

  • Guillaume says:

    Bonjour,

    Le calcul est bon avec un lambda d’environ 0,09 pour le fibralith.
    Par contre, je suis plus inquiet sur la qualité de fermeture du volume paille en pied de mur.

    Une question : avez-vous posé le drain comme sur le schéma ? pourquoi ?

  • Matthieu Brunet says:

    je ne comprends pas ce que vous voulez dire par « qualité de fermeture du volume paille ». Vous voulez dire la jonction avec le complexe de lisse basse ?

    Pour le drain, pour le moment, je n’en ai pas mis. J’en mettrais peut-être un sur le mur amont, parce que j’ai pas mal d’eau qui arrive du terrain du dessus. Je ne sais pas encore trop comment je le poserai… Pourquoi ?

  • Guillaume says:

    Autrement dit : comment vous assurez-vous de la bonne fermeture du pied de mur par rapport aux rongeurs ? Comment est traitée la rupture de capilarité ? Il me semble qu’il aurait été plus sage de résoudre ce problème avant de poser les bottes…

    Pour le drain, en général, on le pose en pied de fondation avant de remblayer…

    Pour l’isolation des murs enterrés, il aurait été préférable de mettre le liège à l’extérieur sous une membrane de protection (type delta MS)

  • Matthieu Brunet says:

    Il y a de la toile goudronnée entre le parpaing et la lisse basse. Ensuite, le muret en pierre sèche que je mettrai un jour devant mon parpaing ne sera pas en contact avec la fibralith. Pour les rongeurs, s’il y a des risques pour qu’ils s’attaquent à la fibralith, je vais sans doute la crépir aussi par en dessous. Mais c’est sûr que ça va rester un point sensible qu’il me faudra surveiller. Pour le drain, quand tu parle de fondation, tu veux parler de la semelle ou du mur de soubassement ? Moi, je pensais le mettre au pied du mur de soubassement, mais au dessus de la semelle. Le problème du liège à l’extérieur, c’est qu’il est fragile, et si on ne remblaye pas pour le protéger, le risque est de l’abîmer pendant le chantier. C’est pour ça que je l’ai mis à l’intérieur. Mais comme tu vois, j’évite quand même les ponts thermique en faisant une dalle flottante.

  • Matthieu Brunet says:

    En fait, les bottes n’appuient vraiment qu’entre les deux ficelles, donc sur le bois. même sur une botte très dense, les parties extérieures ne « portent » pas vraiment. Par contre, pour les remontées capillaires et les souris, je suis d’accord avec toi, c’est une zone sensible. Le but était d’éviter de payer des fondations de 50cm de large, ce qui est totalement disproportionné par rapport au poids de la maison (et puis ça coûte un bras)

  • Matthieu says:

    Selon comment est coulée votre dalle, oui, c’est possible. Attention que les bottes ne doivent reposer à proprement parler ni sur la dalle ni sur la fondation, mais sur une lisse basse. Ensuite, selon le technique constructive (ossature centrée sur la botte ou pas), et selon le type de dalle (ciment, chaux…), il faut s’adapter.

  • Nico says:

    Bonjour,
    juste pour info, est-il possible de faire reposer la moitié de la botte sur un agglo et l’autre moitié sur la dalle ? pour éviter d’avoir des fondations de 50cm.

  • Matthieu says:

    Selon comment est coulée votre dalle, oui, c’est possible. Attention que les bottes ne doivent reposer à proprement parler ni sur la dalle ni sur la fondation, mais sur une lisse basse. Ensuite, selon le technique constructive (ossature centrée sur la botte ou pas), et selon le type de dalle (ciment, chaux…), il faut s’adapter.



Leave a Reply to Nico Cancel reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *